CARDINALES

CARDINALES

Les CARNETS du SAVOIR - n°7 : DMT, LA MOLÉCULE DE L'ESPRIT - dossier n°2

Afficher l'image d'origine
Rick J. Strassman
Vidéo Durée : 17:35

 

Rick J. Strassman, professeur en psychiatrie à l’école de médecine de l’Université du Nouveau-Mexique, est l’auteur de « DMT – La Molécule de l’Esprit » (2001) et co-auteur de « Inner Paths to Outer Space ». Dès le début de sa carrière, Rick Strassman s’était fixé comme but de pratiquer des recherches légales aux Etats-Unis sur les substances psychédéliques, selon un protocole rigoureux. Dans le cadre de l’Université du Nouveau-Mexique, il s’était interrogé sur le rôle éventuel de la glande pinéale dans les états de conscience extra-ordinaires. Le Dr. Strassman a poursuivi ses travaux cliniques de 1990 à 1995, en cherchant à déterminer la fonction de la mélatonine, l’hormone secrétée par la glande pinéale (épiphyse). Le groupe de recherches qu’il animait a réalisé la première étude permettant de connaître le rôle principal de la mélatonine chez l’homme. Il s’intéressa ensuite à la DMT, l’agent actif de l’Ayahuasca, et il entreprit en 1990 la seule expérimentation approuvée et financée par le gouvernement américain sur les psychédéliques pendant ces vingt dernières années. Il avait du batailler pendant deux ans avant de recevoir le feu vert de la FDA pour évaluer les effets physiologiques de la DMT, et mettre au point le questionnaire d’évaluation « Hallucinogen Rating Scale », servant à mesurer les effets psychologiques de la DMT et autres substances enthéogènes. Ces recherches sur les psychédéliques étaient approuvées et financées par le ‘National Institute on Drug Abuse’.

 

Le chercheur explique : « En occident, les études sur la conscience se sont multipliées. Un volet particulier de cette recherche étudie les effets des agents psychoactifs sur la conscience. Dans le cadre de la Fondation Cottonwood, nous poursuivons l’exploration des mystères les plus étranges de l’esprit humain. Nous utilisons les composants psychoactifs des plantes pour étudier les divers champs de conscience manifestés chez l’homme, leur processus, et découvrir leurs bases biochimiques et physiologiques. Nous nous intéressons également aux implications médicales, sociales, et spirituelles de ces différents états, afin de savoir comment les appliquer au mieux pour soigner, développer la créativité et acquérir une certaine sagesse. »

« Pendant des milliers d’années, des cultures indigènes ont utilisé des plantes médicinales pour induire avec méthode des états de conscience amplifiés et de type mystique. La science occidentale commence à peine à s’intéresser aux immenses ressources du savoir traditionnel concernant ces plantes et leurs effets. Nous poursuivrons nos buts en confrontant diverses perspectives, scientifique, anthropologique, et spirituelle. » « Notre vice-président, le Dr. Steven Barker de l’Université de Louisiane, met au point un nouveau protocole ultra-sensible pour mesurer les émissions naturelles de DMT et d’agents similaires dans le corps humain. Ceci devrait nous permettre de comparer les quantités habituelles avec celles qu’on relève lors des états de conscience amplifiés. » Le Dr Strassman sait que ses recherches ne feront pas l’unanimité. D’autres ne manqueront pas de réfuter l’idée que la DMT peut permettre à nos cerveaux de percevoir la matière sombre ou des univers parallèles, tels des plans d’existence habités par des entités conscientes. »

Presque tous les participants ont témoigné avoir vécu des expériences exceptionnellement profondes.

Lire l’ ouvrage du Dr Rick J; Strassmann :  » la molécule de l ‘esprit »dmt.png




0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser