CARDINALES

CARDINALES

La géopolitique autrement, pour mieux la comprendre : TURQUIE et ARABIE SAOUDITE

FARCE SAOUDIENNE  &  PANTALONNADE TURQUE                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Farce saoudienne et pantalonnade turque           

Connaissez-vous la dernière blague saoudienne ? Riyad a mis sur pied une... tenez-vous bien... coalition islamique contre le terrorisme ! L'info est reprise telle quelle par nos inénarrables médias (faussement ?) innocents. Que Riyad soutienne le fondamentalisme et son corollaire djihadiste depuis des dizaines d'années ne semble pas les gêner plus que ça. Les Saoudiens sont évidemment paniqués de la tournure que prend le conflit syrien et tentent de jouer leur va-tout afin de soutenir leurs petits protégés qaédistes et peser sur l'après-guerre.

Seul problème pour les grassouillets cheikhs, plusieurs Etats membres de cette alliance de 34 pays ne sont apparemment pas au courant ! Liban, Pakistan Indonésie, Malaisie... la liste est longue des pays pris de court par l'initiative saoudienne et qui se retrouvent inclus d'office dans une coalition dont ils n'avaient même pas entendu parler. Pour l'Indonésie par exemple, c'est niet.

Une pitrerie ne venant jamais seule, l'alter ego de la maison des Seoud, la république bananière de Turquie, est obligée de manger son chapeau. Nous avons mentionné à plusieurs reprises l'incursion/invasion du nord de l'Irak par une colonne militaire turque. La réaction outrée de l'Irak et sa saisie du Conseil de sécurité de l'ONU menaçait de faire encore perdre aux Etats-Unis un allié dans la région. Nous écrivions alors : "Que les Américains opposent leur véto, ils perdent définitivement l'Irak. Qu'ils votent pour ou s'abstiennent, ils lâchent la Turquie, décrédibilisent l'OTAN et envoient un signal très négatif à tous leurs alliés".

Apparemment, Washington a vite compris le danger. Les appels se sont multipliés - Biden y est aussi allé de son petit couplet - appelant les Turcs à retirer leurs troupes. Encore un désaveu pour le sultan qui a finalement dû accéder à ces demandes pressantes. On imagine son aigreur ; après le fiasco syrien, encore un plan néo-ottoman qui tombe à l'eau. Il n'a plus que ses yeux pour pleurer...

 

Farce saoudienne et pantalonnade turque
                                                           



 
 


22/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser